×

Génocide

Génocide à Gaza. La famine organisée par Tsahal pourrait tuer 350 000 enfants

Dans son rapport au Conseil de Sécurité, lu en séance le 5 avril, Janti Soeripto estime que la vie de 350 000 enfants serait directement menacée par la famine organisée par Tsahal, à Gaza. Une tactique qui participe de l’offensive méthodique que mène Tsahal contre le peuple palestinien.

Facebook Twitter
Génocide à Gaza. La famine organisée par Tsahal pourrait tuer 350 000 enfants

Crédit photo : Unicef

Lors d’une réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU, ce vendredi 5 avril, après l’assassinat de sept travailleurs humanitaires de World Central Kitchen, le rapport de Janti Soeripto, présidente et directrice exécutive de Save The Children US, a été au cœur des débats. D’après le document, 350 000 enfants et nourrissons de moins de 5 ans risquent de mourir de faim suite à une famine « provoquée par l’homme ».

À ces 350 000 enfants en danger immédiat s’ajoutent les centaines de milliers d’enfants de plus de 5 ans et d’adultes qui sont eux aussi exposés à la famine, aux maladies et aux bombardements incessants que conduit Tsahal à Gaza, ainsi que les 35 000 palestiniens tués en six mois. Ce n’est pas la première fois que l’Etat colonial militarise la faim et menace la sécurité alimentaire de la population gazaouie dans le cadre de ses opérations génocidaires. Depuis le blocus de l’enclave en 2006, Israël contrôlait minutieusement le volume calorique de l’aide alimentaire qui parvenait à la population pour la maintenir légèrement au-dessus de la sous-nutrition. Depuis le 7 octobre, elle bloque volontairement l’aide alimentaire aux portes de Kerem Shalom et ne s’oppose pas aux milices populaires d’extrême-droite qui entravent les points d’accès dans l’enclave : faisant de la famine une arme de guerre, elle choisit d’affamer volontairement la population gazaouie.

Alors qu’Israël se retire partiellement du sud de l’enclave après avoir rayé de la carte l’hôpital d’Al-Shifa, sa guerre coloniale contre la population gazaouie est loin d’être terminée. Si Israël a consenti à laisser passer l’aide alimentaire dans l’enclave gazaouie, après les critiques émises contre les frappes qui ont tué les travailleurs de WCK, et a ouvert les portes d’Erez et de Kerem Shalom, l’aide est bloquée par Tsahal au niveau de Deir al-Balah. Plus de 320 camions sont ainsi entrés dans l’enclave, dimanche 7 avril, loin des 500 qui pénétraient dans l’enclave chaque jour avant le 7 octobre. En outre, les soins de masse qui seraient nécessaires pour conjurer la famine sont encore largement inaccessibles à la population. Alors que le port provisoire des Etats-Unis est encore en construction et que les largages humanitaires demeurent presque sans effet, le nord de l’enclave sombre dans la famine, mettant en danger la vie de plusieurs centaines de milliers de personne.

Dénonçant l’hypocrisie des appels à la solidarité humanitaire émis par les puissances impérialistes, le rapport souligne l’inaction des Etats : « Nous entendons les dirigeants du monde souligner l’importance de l’accès humanitaire et appeler à la déconfliction, à la protection des civils, à des enquêtes rapides et au respect du droit humanitaire. Ce discours crée la fausse impression que le système humanitaire à Gaza est une priorité. Ce n’est pas le cas. Les mots masquent l’inaction et l’apathie ».

Alors qu’Israël se retire de Khan Younès et que l’aide alimentaire ne semble toujours pas parvenir au nord, la famine perdure et menace de faire des centaines de milliers de victime, tandis que la population gazaouie demeure privée des denrées indispensables à sa survie et des soins de masse qui sont les seuls remèdes à l’urgence alimentaire. Alors que 35 000 Palestiniens ont déjà perdu la vie, dont près de la moitié sont des enfants, les victimes indirectes de la guerre de Gaza seront encore plus nombreuses.


Facebook Twitter
« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Point de situation. Où en est l'offensive génocidaire d'Israël à Rafah ?

Point de situation. Où en est l’offensive génocidaire d’Israël à Rafah ?

Kanaky : malgré la fin de l'état d'urgence, la répression policière sanglante se poursuit

Kanaky : malgré la fin de l’état d’urgence, la répression policière sanglante se poursuit

Massacre à Rafah : des manifestations partout dans le monde pour dénoncer l'horreur du génocide

Massacre à Rafah : des manifestations partout dans le monde pour dénoncer l’horreur du génocide

Bombardements d'un autre camp de réfugiés à Rafah : l'horreur génocidaire continue

Bombardements d’un autre camp de réfugiés à Rafah : l’horreur génocidaire continue

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l'Iran sur le dos du peuple palestinien

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l’Iran sur le dos du peuple palestinien

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations