×

Action, éviction, résistance !

Répression à la fac d’Amsterdam mobilisée pour la Palestine

A la suite de plusieurs actions, rassemblements et occupations sur les campus néerlandais, au cours des deux dernières semaines, une nouvelle journée était appelée ce lundi par le mouvement de solidarité avec la Palestine. A Amsterdam, plusieurs milliers de personnes ont participé à un grand rassemblement contre lequel est intervenu la police anti-émeute en milieu d’après-midi.

Leen Simons

13 mai

Facebook Twitter
Audio
Répression à la fac d'Amsterdam mobilisée pour la Palestine

Crédits Photos : Révolution Permanente

Sur les campus de Groningen, Utrecht, Nimègue, Rotterdam et Leyde, la mobilisation appelée dans le cadre d’un « walk-out » national s’est déroulée sans incidents. A l’Université d’Amsterdam, la situation était déjà tendue avant même que la journée ne commence. La répression et l’éviction par les forces de police, lundi et mercredi dernier, d’un campement de solidarité était encore dans toutes les têtes. En présence de plusieurs milliers d’étudiant.es, personnels et enseignant.es rassemblées à partir de 11h, ce lundi matin, devant le bâtiment principal de l’Université d’Amsterdam (UvA), les prise de parole se sont centrées sur la tuerie en cours à Rafah, l’exigence de rompre tout lien académique avec les institutions universitaires israéliennes et les interventions policières de la semaine dernière sur le campus qui se sont traduites par des mises et garde-à-vue et détentions provisoires pour certain.es étudiant.es interpellé.es. C’est à nouveau la municipalité « progressiste », conduite par la Groenlinks, la gauche écologiste de Femke Halsema, qui a demandé l’intervention de la police anti-émeute, avec l’assentiment des autorités universitaires. La mobilisation était certes autorisée par l’UvA mais la direction de l’Université interdisait toute formation de campements de tentes. « Garantie », donc, la sacro-sainte liberté d’expression, chère aux Pays-Bas, mais pas la liberté de manifester. Une contradiction secondaire aux yeux de la maire d’Amsterdam et des différents doyens qui regrettent avant tout la dégradation des installations qui aurait prétendument eu lieu dans le cadre des mobilisations de solidarité avec la Palestine.

« Honte à vous, honte à l’UvA », scandaient les manifestant.es, protestant énergiquement également contre les interventions policières sur les campus. A la suite du rassemblement au cours duquel les participants ont dénoncé l’État colonial et d’apartheid d’Israël, la brutale offensive en cours et la complicité du gouvernement néerlandais et de l’UvA avec le génocide actuel en Palestine, des centaines d’étudiant.es ont pénétré aux alentours de 14h dans le hall d’honneur de l’École de droit. Après avoir investi les étages supérieurs dont certaines fenêtres ont été repeintes en rouge et sur lesquelles ont été apposées des affiches dénonçant le « sang que les autorités ont sur les mains », un campement interne a été mis en place.

A peu après 15h30, enfonçant les cordons de solidarités des enseignant.es, personnels et étudiant.es solidaires, la police a procédé à l’évacuation d’une partie du campus, sous les huées de milliers de manifestant.es, toujours présent.es sur place. A 16h30, la police poursuit l’éviction des manifestant.es sur place qui a fait, au moins, quatre blessés parmi les militant.es solidaires de la Palestine.

Une nouvelle journée nationale est appelée, pour commémorer la Nakba, ce mercredi. Il ne fait pas de doute que la mobilisation sera encore plus importante sur les campus. Reste à savoir, maintenant, comment l’élargir au reste du monde du travail dans un pays où une large partie de l’opinion publique est scandalisée par l’offensive en cours contre la Palestine alors que les directions syndicales de la FNV, liée à la gauche sociale-démocrate et écologiste néerlandaise, fait tout pour empêcher que Gaza devienne un enjeu de mobilisation dans les entreprises et les administrations.


Facebook Twitter
Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l'Iran sur le dos du peuple palestinien

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l’Iran sur le dos du peuple palestinien

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Un référendum national pour décider du destin de la Kanaky ? Nouvelle provocation coloniale

Un référendum national pour décider du destin de la Kanaky ? Nouvelle provocation coloniale

Kanaky, quand finira le temps des colonies ?

Kanaky, quand finira le temps des colonies ?


État espagnol : une liste révolutionnaire contre le génocide en Palestine, la guerre et l'Europe forteresse

État espagnol : une liste révolutionnaire contre le génocide en Palestine, la guerre et l’Europe forteresse


Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes

Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes