×

Répression

Répression : 9 soignants en GAV après s’être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Après une mobilisation en septembre 2023, avec l’envahissement et l’occupation de l’ARS de Quimper pour exiger la réouverture des urgences de Carhaix 24h/24, la direction du CHU envoie neuf hospitaliers en GAV suite à un dépôt de plainte. Soyons nombreux dans la rue. pour exiger leur relaxe !

Thomas Agapé

14 mai

Facebook Twitter
Audio
Répression : 9 soignants en GAV après s'être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

CRS déployés dans le CHRU de Brest, lors d’une réunion sur le sort de l’hôpital de Carhaix en octobre 2023.

L’offensive répressive de l’État n’a pas de limite, même contre ceux qui défendent l’hôpital public. Après une plainte déposée par la direction du CHRU de Brest, neuf hospitaliers, dont 6 cégétistes et 3 syndicalistes CFDT, ont reçu une convocation au commissariat de Quimper. On reproche aux hospitaliers une « séquestration avec libération avant 7eme jour » et « violence en réunion sur personne chargée d’une mission de service public ».

La plainte déposée le 6 octobre 2023 fait en réalité suite à une mobilisation contre la fermeture prolongée des urgences du CHU de Carhaix, ayant entraîné la mort prématurée d’un nourrisson de 6 mois faute de prise en charge, qui avait réuni un millier de personnes devant la préfecture du Finistère à Quimper.

Quelques jours auparavant, le jeudi 14 septembre 2023, après avoir de nouveau tenté d’interpeller l’ARS, une délégation de manifestants a occupé le bâtiment à Quimper et empêché sa directrice générale et la directrice du CHRU de Brest-Carhaix d’en sortir pendant plusieurs heures, pour tenter d’obtenir des revendications pourtant simples : des urgences accessibles à tous 24h/24h et 365 jours par an. Le préfecture rappelait elle-même à l’époque qu’elles avaient été retenues « sans violence ni dégradations » rapporte France Bleu.

Ce mardi 14 mai, le premier à être convoqué est Matthieu Guillemot, porte-parole du comité de vigilance de l’hôpital de Carhaix. En avril dernier, il dénonçait sur Facebook « une véritable criminalisation de l’action militante contre les défenseurs du service public hospitalier » suite à la réception de sa convocation alors même que « la réouverture des urgences de l’hôpital de Carhaix, 24h/24 et 7j/7 n’est pas effective malgré le protocole d’accord historique signé en octobre 2023 en préfecture ». Pour le soutenir, 200 personnes, syndicalistes, organisations politiques et élus se sont réunis devant le commissariat de Quimper lors de sa convocation. Comme un symbole de détermination, la catapulte de Carhaix, porte étendard des luttes menées dans la région depuis 2008, était elle aussi de sortie. Cette dernière avait fait le tour des réseaux sociaux après qu’une vidéo l’ait immortalisé faisant face aux CRS lors de la manifestation du 14 septembre, en faisant le symbole du désespoir et de la détermination des Carhaisiens pour la défense de leur hôpital.

Un premier rassemblement qui en appelle d’autres et qui doit surtout s’inscrire dans la construction d’un front commun contre la répression. Ces nouvelles convocations à l’encontre de militants syndicaux fait écho à la vague répressive que connaît le pays depuis plusieurs mois contre toutes celles et ceux qui contestent la politique de l’État. Qu’il s’agisse des 86 étudiants interpellés pour avoir occupé leur fac et dénoncé le génocide en Palestine, ou du procès des énergéticiens à Bordeaux suite aux actions « robin de bois » pendant la bataille contre la réforme des retraites.

Alors que l’été arrive à grand pas, accompagné des Jeux Olympiques où plusieurs millions de touristes sont attendus sur le territoire, les hôpitaux français vont connaître une nouvelle vague de tensions. Il faudra donc de nouveau être sur le terrain pour exiger des moyens massifs dans l’hôpital public et réaffirmer que toute tentative de répression face à la mobilisation de notre camp social ne nous fera pas taire !


Facebook Twitter
Plus de 130 plans de licenciement, 90 000 emplois menacés : « 2024 pourrait atteindre le record de 2008 »

Plus de 130 plans de licenciement, 90 000 emplois menacés : « 2024 pourrait atteindre le record de 2008 »


Deux syndicalistes licenciées, plusieurs autres intimidés : Soutien aux grévistes de Rougier & Plé !

Deux syndicalistes licenciées, plusieurs autres intimidés : Soutien aux grévistes de Rougier & Plé !

Licenciement illégal : InVivo à nouveau devant la justice mardi pour son refus de réintégrer Christian Porta

Licenciement illégal : InVivo à nouveau devant la justice mardi pour son refus de réintégrer Christian Porta

ExxonMobil : les travailleurs en grève reconductible contre 700 suppressions d'emplois

ExxonMobil : les travailleurs en grève reconductible contre 700 suppressions d’emplois

Toulouse : la menace d'une privatisation sème le chaos dans un centre d'aide sociale à l'enfance

Toulouse : la menace d’une privatisation sème le chaos dans un centre d’aide sociale à l’enfance

Répression à l'usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Répression à l’usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

« L'impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l'acharnement d'InVivo

« L’impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l’acharnement d’InVivo

Débrayages quotidiens, journées fortes : l'AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Débrayages quotidiens, journées fortes : l’AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta