×

Impunité policière

Rassemblement pour Nahel : « La libération de ce policier est un permis de tuer pour la police »

Ce dimanche, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Nanterre pour honorer la mémoire de Nahel, quelques jours après la libération du policier l’ayant tué.

Alexis Taïeb

19 novembre 2023

Facebook Twitter
Rassemblement pour Nahel : « La libération de ce policier est un permis de tuer pour la police »

Crédit photo : Révolution Permanente

Crédit photo : Révolution Permanente

Ce dimanche sur la place Nelson Mandela à Nanterre, la mère de Nahel a lancé le rassemblement en mémoire de son fils quelques jours après la libération du policier qui l’a tué en juin dernier. « Je vous dis la souffrance que je porte. Je n’ai plus rien de mon fils, le matin quand je me réveille, je n’ai plus son sourire, sa voix. Que le policier soit libéré est inadmissible, il a enlevé une vie. Il faut qu’ils arrêtent de tuer nos enfants » a-t-elle déclaré.

Dans la foulée, des amis proches de Nahel se sont exprimés devant les centaines de personnes présentes : « Il y a beaucoup de refus d’obtempérer en France. Mais ceux qui meurent, ce sont toujours les mêmes. Le fils de Zemmour a fait un refus d’obtempérer. Mais est-ce qu’il est dans une tombe ? est-ce que Zemmour pleure tous les soirs comme Mounia [la mère de Nahel] ? » s’interroge-t-il. Et de conclure : « Jean Messiha dit que Nahel est un voyou. Mais qui a été condamné entre Messiha et Nahel, entre Zemmour et Nahel ? Sortez-moi une seule condamnation de Nahel, je veux la voir ! ».

Quelques minutes plus tard, AssaTraoré, sœur de Adama Traoré tué en 2016 par la police poursuit sur cette voie. « Il faut passer à l’action. On doit reconnaître le racisme et les violences policières. La vie de tout le monde compte. Aujourd’hui, on ne peut pas avoir peur de prendre la rue » défend-elle.

Sur place, la libération du policer qui a tué le jeune Nahel suscite émotion et indignation. Anasse Kazib, porte-parole de Révolution Permanente, dénonce un « permis de tuer pour tous les policiers de France », et s’émeut d’un deux poids deux mesures : « On a des camarades d’un collectif palestinien qui ont collecté 10 000 euros sur Cotizup pour des médicaments pour la Croix Rouge. La plateforme a fermé la cagnotte. Par contre, lorsqu’il faut aider un policier à être millionnaire parce qu’il a tué un jeune de quartier, on lui donne tapis rouge ! ».

Suivent des prises de parole de Thomas Portes, député France Insoumise, et de militants antiracistes notamment de familles de victimes de violences policières.

En fin de soirée, alors que le rassemblement se termine, de nombreux policiers s’approchent de la place avec un canon à eau, avant de quadriller le secteur et de forcer la dissolution. Un rappel du traitement répressif et de la justice de classe qui touche les quartiers populaires et leurs habitants.

L’été dernier, après les émeutes de juin, la justice avait fait incarcérer plus de 2000 jeunes, dont certains pour un vol de canette ou de fromage. Quelques mois plus tard, le décalage est énorme, alors vient d’être actée la libération du policier qui a tué Nahel. Un nouveau symbole de l’impunité policière scandaleux. Sur place, les participants promettent : « pour Nahel, on va continuer le combat ».


Facebook Twitter
Répression sanglante : la police tue par balle un kanak après la visite de Macron

Répression sanglante : la police tue par balle un kanak après la visite de Macron

Islamophobie : Darmanin veut expulser le président de la mosquée de Pessac pour son soutien à la Palestine

Islamophobie : Darmanin veut expulser le président de la mosquée de Pessac pour son soutien à la Palestine

Circulaire Moretti : l'Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Circulaire Moretti : l’Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »


Interdiction de Tik Tok : le gouvernement peine à défendre sa répression coloniale devant le Conseil d'Etat

Interdiction de Tik Tok : le gouvernement peine à défendre sa répression coloniale devant le Conseil d’Etat

5 mai 1988 : quand l'armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d'Ouvéa

5 mai 1988 : quand l’armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d’Ouvéa


Toulouse. Le 18 mai, une journée solidaire pour exiger un logement pour tous !

Toulouse. Le 18 mai, une journée solidaire pour exiger un logement pour tous !

Kanaky : Des milices mènent des chasses à l'homme contre les Kanak

Kanaky : Des milices mènent des chasses à l’homme contre les Kanak