×

Macronie

Qui est Nicole Belloubet, la nouvelle ministre de l’Éducation nationale ?

Omission de déclaration de biens d’une valeur de 336 000 euros, conflits d’intérêts, à l’initiative d’une réforme répressive de la justice : la nouvelle ministre de l’Éducation arrive au poste avec ses casseroles et ses attaques contre le monde du travail.

Eugénie Tobhnom

8 février

Facebook Twitter
Audio
Qui est Nicole Belloubet, la nouvelle ministre de l'Éducation nationale ?

Crédit photo : Wikimedia commons

C’était pressenti, c’est désormais confirmé par BFM, Nicole Belloubet arrive au ministère de l’Education nationale et remplacera Amélie Oudéa Castera qui aura réussi l’exploit de ne rester que quelques semaines au poste.

Ancienne membre du Parti socialiste, Nicole Belloubet, mène une carrière universitaire avant de se lancer dans la politique. Elle devient rectrice de Toulouse entre 2000 et 2005, puis la première adjointe au maire de Toulouse en 2008. En tant que rectrice de Toulouse, elle préside le comité interministériel de pilotage pour la promotion de l’égalité des sexes dans le système éducatif à la demande du ministre de l’Éducation de l’époque. En 2013, elle est nommée au Conseil constitutionnel pour 9 ans, avant de rejoindre au ministère de la Justice le gouvernement d’Emmanuel Macron, quelques mois après avoir participé à la délibération d’une procédure permettant d’augmenter significativement le temps de parole alloué dans les médiats aux candidats de la députation LREM. Un parcours de parfaite technocrate en somme.

Nicole Belloubet se fera surtout connaître à l’occasion de son passage au ministère de la Justice, de 2017 à 2020. Ces trois années dans le gouvernement d’Emmanuel Macron ne sont pas allées sans quelques casseroles. Nicole Belloubet omet d’abord de déclarer quelques biens de son patrimoine immobilier : une maison de 184 m² dans l’Aveyron estimée à 800 € le m2, et deux appartements à Paris, estimés entre 3 000 et 4 000 € le m². Un pactole qui représente pas moins de 336 000 euros que la ministre « oublie de mentionner » dans sa première déclaration déposée le 21 juin 2017.

En 2018, Belloubet est à l’initiative d’une grande réforme limitant et externalisant les procédures judiciaires avec un alignement des procédures sur les besoins de la police. Une réforme se basant sur une logique purement répressive et gestionnaire de la justice adoptée en 2019, malgré un mouvement de grève massif des avocats.

Un an plus tard, en 2019, Le Canard enchaîné révèle une note confidentielle du ministère de la Justice. La gardienne des Sceaux aurait envisagé de maintenir ou de supprimer des postes de juges d’instruction selon les résultats électoraux de LREM aux municipales. Cette révélation qui mettra le gouvernement en crise, illustre, une fois de plus, les liens tenaces entre l’exécutif et le judiciaire. En janvier 2020, enfin, la ville de Montpelier porte plainte pour « prise illégale d’intérêts » après que Nicole Belloubet ait choisi d’implanter une nouvelle cour administrative à Toulouse, sa ville d’origine, plutôt que dans le chef-lieu de l’Hérault.

Celle qui aura la charge de mener à bien le cap de guerre sociale fixé par Attal à l’école est donc une macroniste pure jus, qui collectionne les casseroles et les attaques contre le monde du travail. Pas sûr que son profil convainque davantage les professeurs que son éphémère prédécesseuse au poste. Au moins Nicole Belloubet ne se sera-t-elle pas encore couverte de ridicule. Pour l’instant. On lui souhaite d’avoir une carrière à l’Education nationale aussi courte qu’Amélie Oudéa Castéra.


Facebook Twitter
Baisse du montant et de la durée des indemnités : Attal prépare son attaque contre les chômeurs

Baisse du montant et de la durée des indemnités : Attal prépare son attaque contre les chômeurs

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine


Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Salon de l'agriculture : toujours moins d'écologie, la crise persiste

Salon de l’agriculture : toujours moins d’écologie, la crise persiste

Ukraine. Macron joue les chefs de guerre, le mouvement ouvrier doit reprendre l'offensive

Ukraine. Macron joue les chefs de guerre, le mouvement ouvrier doit reprendre l’offensive

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l'UNRWA et acte son soutien au génocide

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l’UNRWA et acte son soutien au génocide

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Près de 700 millions d'euros retirés à l'Education : en plus du tri social, l'austérité

Près de 700 millions d’euros retirés à l’Education : en plus du tri social, l’austérité