×

Solidarité avec la Palestine !

Palestine. Un premier comité des travailleurs des transports pour construire la solidarité ouvrière !

Ce vendredi, s’est tenu un premier comité Palestine de travailleurs des transports réunissant des salariés de la SNCF, de la RATP ou de l'aéroport de Roissy, pour construire une solidarité ouvrière contre le génocide en cours à Gaza.

Cécile Manchette

20 novembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Palestine. Un premier comité des travailleurs des transports pour construire la solidarité ouvrière !

Après la réussite d’une assemblée de jeunesse le mercredi 15 novembre organisée par l’inter-orgas Urgence Palestine, un premier comité de travailleurs des transports s’est tenu ce vendredi rassemblant une vingtaine de personnes. L’objectif de ces comités appelés par Urgence Palestine est d’organiser à la base tous celles et ceux qui désirent se mobiliser pour que cesse le génocide en cours en Palestine.

Ce massacre colonial est un vecteur de politisation très important dans la jeunesse mais aussi dans le monde du travail. Parmi les personnes présentes, des travailleurs de la SNCF, de la RATP ou de l’aéroport de Roissy. Des secteurs qui comptent nombre de salariés issus de l’immigration, très touchés par la cause palestinienne qu’ils soutiennent depuis des années. Comme l’explique Laura Varlet, cheminote au Bourget et militante de Révolution Permanente : « Beaucoup de travailleurs des transports sont choqués par ce génocide qui se déroule sous nos yeux grâce aux réseaux-sociaux. Il s’agit de construire la solidarité la plus large possible, au travers de nos moyens d’action pour aller au-delà des paroles ».

Parmi les travailleurs présents, nombreux sont ceux qui dénoncent le niveau de répression brutale policière et judiciaire, à l’encontre des prises de position syndicales en solidarité avec la Palestine, à l’image du communiqué qui avait notamment provoqué l’arrestation du secrétaire général de l’Union Départemental de la CGT Nord 59, Jean-Paul Delescaut.

Une situation scandaleuse alors que des travailleurs présents militent sur le terrain depuis le début du conflit, avec des communiqués comme supports, pour libérer la parole sur le sujet, et chercher à entrainer leurs collègues lors des journées de mobilisation.

Plusieurs interventions reviennent également sur le caractère timoré des prises de position des directions syndicales, qui ne donnent aucunes perspectives au-delà des déclarations, et leur manque d’investissement dans les manifestations. Toutes les personnes présentes sont convaincues que les manifestations ne suffisent pas, et qu’il faut envisager d’autres modes d’action à l’image des actions menées par les dockers italiens et espagnols, mais aussi des manifestants américains, des syndicalistes anglais et des travailleurs de la manutention belges qui ont bloqué des livraisons d’armes destinées à Israël.

« Beaucoup d’entreprises et de patrons financent l’Etat et l’armée israélienne à l’image de Carrefour, Starbucks, McDo mais Keolis et la SNCF par exemple ne sont pas en reste ! » s’exclame un jeune cheminot présent à la réunion. Ce dernier explique que la SNCF finance des start-up israéliennes, illustrant ainsi, une nouvelle fois, les liens profonds entre l’Etat français, ses entreprises, et l’Etat israélien.

Cette première réunion était un premier pas pour réfléchir à comment apparaitre en tant que travailleurs des transports dans les prochaines manifestations, mais aussi envisager des moyens d’action pour s’adresser aux autres travailleurs et à la population, avec l’idée de jouer un rôle dans la massification du mouvement de solidarité qui démeure, pour les présents à la réunion, un enjeu central. Parmi les différentes perspectives immédiates envisagées, les travailleurs ont évoqué une diffusion de tract dans de grandes gares parisiennes en se coordonnant avec les autres comités existants en région parisienne, ou encore ont défendu la participation à un cortège féministe anti impérialiste pour la libération de la Palestine dans la manifestation internationale contre les violences faites aux femmes ce 25 novembre.


Facebook Twitter
SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale