×

Remaniement

Kasbarian au logement : vers de nouvelles offensives contre les mal-logés

Architecte de la loi « anti-squat », défenseur des grands propriétaires, la nomination du nouveau ministre du logement présage de la guerre que compte mener le gouvernement Macron/Attal contre les travailleurs, en pleine crise du logement.

Élian Palmeran

9 février

Facebook Twitter
Kasbarian au logement : vers de nouvelles offensives contre les mal-logés

Crédits photo : capture d’écran / 20h TFI

Suite au remaniement sans changements de la macronie, Guillaume Kasbarian a été nommé ministre délégué au Logement. Une nomination qui, en pleine crise du logement, augure bien de l’offensive qui s’abattre sur les travailleurs, notamment les plus précaires.

Kasbarian, député macroniste depuis 2017, est rapidement devenu un cadre au sein du parti présidentiel. Il a été président de la commission des Affaires économiques, mais il est surtout connu pour avoir été le rapporteur, avec Aurore Bergé, de la loi « anti-squat ». Une loi votée par l’ensemble de la droite avec Renaissance, les Républicains et le Rassemblement National.

En accédant au ministère, Kasbarian se voit ainsi récompensé pour son combat contre les pauvres, lancé dès 2020. Kasbarian avait alors participé à la simplification de la procédure d’expulsion des squatteurs, en prévoyant une procédure expéditive et extrêmement violente, décidée par le préfet, 24 heures après mise en demeure. La loi « anti-squat », particulièrement sécuritaire et anti pauvres, a permis d’accélérer les processus d’expulsion, de criminaliser et de pénaliser les « occupations illicites » ou les locataires avec des loyers impayés, en les condamnant à 30 000 euros d’amende, ou même à des peines de prison de 2 à 3 ans. La loi a également instauré un mouvement de libéralisation accrue du marché locatif, en soutenant la spéculation foncière et la rentabilité maximale des propriétaires. Alors que Guillaume Kasbarian dit être « le défenseur des petit-propriétaires », il a œuvré au service des grands propriétaires en renforçant en réalité l’arsenal répressif contre les nombreuses victimes du mal logement en France.

Pour l’année 2023 la fondation Abbé Pierre faisait état de 4,1 millions de personne mal logées, dont 330 000 sans logement fixe. Mais de nombreux foyers font face à des situations de plus en plus précaires avec l’impossibilité de payer leur loyer, ou ne peuvent simplement pas chauffer leur logement en raison de l’inflation et l’augmentation des prix de l’énergie. On compte en tout plus de 14 823 000 personnes fragilisées par la crise du logement, un chiffre en augmentation par rapport aux années précédentes. En 2022, 38 000 personnes ont été expulsées de leur logement, un chiffre qui, toujours selon la fondation Abbé Pierre, a augmenté de 130% en 20 ans.

Alors que de nombreuses personnes sont de plus en plus en difficulté pour payer leur loyer et que la crise du logement s’aggrave d’année en année, la nomination de Guillaume Kasbarian, instigateur de lois ultra répressives, comme ministre du logement constitue une énième provocation. Avec ce remaniement au logement, le projet est clair : précariser encore plus et s’attaquer aux foyers les plus pauvres. Face à cela, il faut revendiquer en termes de logement, la réquisition de tous les logements vides, ainsi que l’accès au logement à tous et toutes et la rénovation écologique des bâtiments anciens. Mais plus largement il faut faire émerger un rapport de force conséquent face au projet réactionnaire et anti-social que nous promettent Kasbarian, Attal et Macron.


Facebook Twitter
Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

JO 2024 : le gouvernement prévoit d'expulser des étudiants de leur logement CROUS… contre 100 euros

JO 2024 : le gouvernement prévoit d’expulser des étudiants de leur logement CROUS… contre 100 euros

Toulouse. Moudenc veut détruire 971 logements à la Reynerie, les habitants s’organisent

Remise en location des passoires thermiques : une mesure anti-pauvres et anti-écolo

Remise en location des passoires thermiques : une mesure anti-pauvres et anti-écolo

Kasbarian au logement : vers de nouvelles offensives contre les mal-logés

Kasbarian au logement : vers de nouvelles offensives contre les mal-logés

« Faute de carte de séjour, je n'ai pas été acceptée en Master » Fatime, étudiante tchadienne à Paris 1

« Faute de carte de séjour, je n’ai pas été acceptée en Master » Fatime, étudiante tchadienne à Paris 1

Enfants à la rue après une expulsion : deux écoles réquisitionnées par des parents et profs à Toulouse

Enfants à la rue après une expulsion : deux écoles réquisitionnées par des parents et profs à Toulouse