×

Élections étudiantes

Élections à l’Université de Bordeaux : vote Le Poing Levé pour des élu⋅e⋅s au service des luttes !

Les élections étudiantes de l’Université de Bordeaux se tiennent du 5 au 7 décembre. Dans un contexte marqué par la répression du gouvernement, en particulier du mouvement de soutien à la Palestine, Le Poing Levé y présente une liste pour des élu⋅e⋅s au service des luttes. Une première réunion de lancement de la liste aura lieu sur le campus Victoire ce mercredi 22 novembre à 17H30.

Le Poing Levé - Bordeaux

20 novembre 2023

Facebook Twitter
Élections à l'Université de Bordeaux : vote Le Poing Levé pour des élu⋅e⋅s au service des luttes !

Crédits photo : O Phil des Contrastes

Comme partout où nous sommes en France, Le Poing Levé, collectif étudiant marxiste révolutionnaire, présente une liste pour les élections étudiantes à l’Université de Bordeaux au Conseil d’Administration (CA) et au Conseil Académique, formé de la Commission de Recherche et de la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU). Ces instances gèrent le fonctionnement de l’Université, sur les aspects budgétaires et le recrutement par exemple pour le CA, et sur les modalités d’examen, la création d’enseignements et de diplômes pour la CFVU. À l’Université de Bordeaux, ces instances décident pour les campus de Victoire, Carreire, Montesquieu, Béthanie… pour ces élections, ce sont plus de 50.000 étudiant⋅e⋅s qui sont appelé⋅e⋅s à voter.

Ces commissions fonctionnent dans un cadre cogestionnaire entre la présidence, les représentant⋅e⋅s du personnel et étudiant⋅e⋅s, mais également des personnalités extérieures, parmi lesquelles on trouve notamment un représentant de l’entreprise CDiscount, appartenant au groupe Casino.

Avec Le Poing Levé, nous jugeons que les patrons n’ont rien à faire à l’intérieur de nos facs. Nous estimons que ces instances de décisions sont antidémocratiques, dans la mesure où seulement 6 des 32 sièges du CA sont destinés aux représentant⋅e⋅s étudiant⋅e⋅s : ce n’est pas dans ces conseils que nous mènerons les combats importants de la jeunesse. Néanmoins, nous pensons qu’il est nécessaire d’y être représenté⋅e⋅s, à la fois pour chercher à y mener nos politiques à la moindre occasion, et pour dénoncer l’opacité des prises de décision.

Venez nombreux⋅se⋅s à la réunion de lancement de la liste, ce mercredi 22 novembre à 17H30 en amphi Fabre sur le campus Victoire !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le Poing Levé Bordeaux (@le_poing_leve_bdx)

Des élections en plein mouvement de soutien au peuple palestinien

Depuis le 7 octobre, le gouvernement israélien mène des bombardements meurtriers sur la Bande de Gaza, tuant plus de 11 500 Palestinien·ne·s (au moment où nous écrivons) dont plus de 4710 enfants.

En France, le gouvernement Macron a réprimé toute forme de soutien au peuple palestinien, interdit les rassemblements, interpellé des militant·e·s syndicaux et s’adonne à une véritable chasse aux sorcières des soutiens à la Palestine dans les universités. Pourtant, malgré la répression, des dizaines de milliers de personnes en manifestation ont exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien. Nous disons « Stop aux bombardements ! Stop au génocide à Gaza ! » et dénonçons la complicité criminelle de la France qui a vendu plus de 208 millions d’euros d’armes à Israël depuis 10 ans. Nous faisons partie d’une jeunesse qui n’hésite pas à dire haut et fort : « Palestine vivra, Palestine vaincra ! »

En ce sens, nous avons contribué au lancement de comités de soutien à la Palestine partout à travers le pays et notamment à Bordeaux. Ces derniers visent à organiser un soutien actif au peuple palestinien en cherchant à amplifier les mobilisations. C’est dans ce sens également que nous avons organisé sur le campus de la victoire la diffusion du document « Derrière les fronts : résistances et résiliences en Palestine », sur les conséquences psychologiques de l’apartheid israélien qui a réunis plusieurs dizaines d’étudiants malgré les entraves de la direction pour compliquer sa tenue.

Avec Le Poing Levé, nous avons dénoncé les offensives autoritaires du gouvernement pour criminaliser les mobilisations, et dans le même sillage les attaques anti-démocratiques de la direction de l’Université de Bordeaux. Depuis cette rentrée 2023, l’Université de Bordeaux fait le choix d’une politique répressive : interdiction des événements dans les bâtiments centraux du campus de la Victoire, interdiction des tractages dans certains campus, entrave administrative dans la reconnaissance des associations, obligation de la présence d’agent de sécurité aux frais des associations... Autant de mesures visant à restreindre la vie politique et associative à l’Université.

Face à ce fonctionnement anti-démocratique, Le Poing Levé défend une représentativité à parts égales des élu·e·s étudiant·e·s, enseignant·e·s et personnels dans les conseils centraux de l’université ! Nous combattons toute forme de répression des étudiant·e·s et travailleur·se·s de l’Université, et dénonçons notamment l’intervention du RAID sur le campus pour expulser l’occupation de Victoire l’année dernière. Le Poing Levé s’oppose à toute intervention policière dans les facs, et défend le droit de tous·te·s les étudiant·e·s à s’exprimer, s’organiser et se mobiliser au sein du campus.

De la même manière, nous nous sommes mobilisé⋅e⋅s suite au meurtre policier de Nahel, et avons dénoncé la criminalisation des mobilisations des jeunes des quartiers populaires, ainsi que la mesure d’interdiction du port de l’abaya dans l’Éducation nationale.

Un programme anticapitaliste et révolutionnaire

Le Poing Levé porte un programme anticapitaliste et révolutionnaire. Féministes, pro-LGBTI+ et antiracistes, nous revendiquons l’inscription et la régularisation de tou⋅te⋅s les sans-papiers, un accès gratuit, universel et visible aux moyens de contraception et aux protections menstruelles, la mise en place d’une crèche et l’instauration d’un nombre suffisant de preneurs de notes pour les personnes en situation de handicap. Alors que la gestion des VSS par la présidence de l’Université de Bordeaux Montaigne est largement pointé du doigts, nous exigeons une commission d’enquête et de gestion de tout type de violences et discriminations qui soit indépendante de la direction, et qui soit élue, composée par des étudiant⋅e⋅s, enseignant⋅e⋅s, personnels formé⋅e⋅s et surtout, avec des professionnels de santé et juridiques.
L’année dernière, nous avons activement participé au mouvement historique contre la réforme des retraites, notamment à l’Université où nous avons mis toute notre énergie dans le développement d’assemblées générales dans les facs. Mais aussi pour chercher à constituer la jonction de la jeunesse avec le mouvement ouvrier, en participant notamment au comité d’action du Réseau pour la Grève Générale, qui a réuni nationalement de nombreux secteurs du monde du travail.

Contre la misère étudiante et la pauvreté dans la jeunesse, nous défendons l’indexation sur l’inflation et l’augmentation générale des salaires et des bourses, un revenu étudiant à la hauteur du SMIC financé par les grandes fortunes et le patronat ainsi que la réquisition des logements vides. Pour porter cela nous avons lancé une grande enquête national sur la précarité et le mal-logement, une initiative à laquelle nous vous invitons de participer. L’an dernier, nous avons été à l’initiative à l’université de Bordeaux Montaigne d’une grande enquête sur la Précarité étudiante que nous avons lancée à partir des Conseils Centraux, pour radiographier la situation dans laquelle se trouve la jeunesse aujourd’hui.

Nous revendiquons également une université ouverte à toutes et tous avec des moyens à la hauteur de nos besoins. Nous défendons ainsi la gratuité de l’université pour toutes et tous, l’abrogation de tous les frais d’inscription et de toutes les réformes sélectives comme Parcoursup et Bienvenue en France et l’aménagement des cours pour tous les étudiant⋅e⋅s salarié⋅e⋅s. C’est dans ce sens que nous avions mené après le début de la guerre en Ukraine avec Le Poing Levé une grande campagne à l’échelle nationale pour l’inscription et la régularisation des centaines d’étudiant⋅e⋅s réfugié⋅e⋅s d’Ukraine internationaux, souvent originaires d’Afrique, face au tri raciste mené par le gouvernement à leur arrivée en France.

Du 5 au 7 décembre, votez et faites voter Le Poing Levé !

Notre posture vis-à-vis de ces élections, loin d’être électoraliste, est de représenter au mieux les luttes étudiantes et de permettre aux étudiants qui n’ont pas accès aux conseils de pouvoir y porter leur voix.

Les politiques que nous menons à l’université s’inscrivent donc dans un engagement plus large contre le système capitaliste. Nous n’avons aucune illusion dans le fait de pouvoir faire appliquer notre programme grâce à des sièges dans les conseils et avons conscience que cela se passera dans la rue et aux côtés des travailleurs⋅ses, de celles et ceux qui font tourner la société et sont capables de la bloquer par la grève. Pour un autre avenir et des élu⋅e⋅s au service des luttes, vote et fais voter Le Poing Levé du 5 au 7 décembre à l’Université de Bordeaux !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le Poing Levé Bordeaux (@le_poing_leve_bdx)


Facebook Twitter
Répression de l'activité politique étudiante à Nanterre : un front dénonce la politique de la Présidence

Répression de l’activité politique étudiante à Nanterre : un front dénonce la politique de la Présidence


Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants

Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants


L'Oréal, un soutien d'Israël et de la colonisation partenaire de l'Université Paris-Cité

L’Oréal, un soutien d’Israël et de la colonisation partenaire de l’Université Paris-Cité

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d'écologie

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d’écologie


« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants