×

Palestine

Bordeaux-Montaigne. 50 personnes pour le lancement du comité de soutien avec la Palestine sur la fac

Ce jeudi à l’université Bordeaux Montaigne s’est tenue la réunion du comité de soutien à la Palestine, qui a réuni une cinquantaine d'étudiants. Les discussions ont permis de dénoncer le génocide mené par Israël et de discuter des suites des actions à mener.

Marc Iñaki

20 novembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Bordeaux-Montaigne. 50 personnes pour le lancement du comité de soutien avec la Palestine sur la fac

Après une première réunion de constitution il y a deux semaines, qui avait réuni une quarantaine de personnes, ce jeudi 16 novembre, la seconde réunion du comité de soutien à la Palestine de Bordeaux s’est tenue à l’université Bordeaux Montaigne. Réunissant pour le premier comité de soutien avec la Palestine dans les universités bordelaises une cinquantaine de personnes, dont de nombreux étudiants indépendants, le comité a été l’occasion de revenir sur la situation à Gaza et en Palestine plus largement, ainsi que de concrétiser diverses actions pour élargir la mobilisation.

« Le comité était vraiment bien, c’était enthousiasmant de voir qu’on est déjà un groupe important d’étudiants à vouloir s’organiser sur la fac », témoigne une étudiante après la réunion. Elle ajoute ensuite : « Des équipes se concrétisent pour mener des activités, c’est positif et je me sens vraiment partie prenante du comité ».

Et pour cause, les comités de soutien Palestine ont été lancés avec pour objectif d’élargir le plus possible la mobilisation, en organisant et multipliant les actions, initiatives politiques, culturelles ou artistiques pour porter le soutien au peuple palestinien.

Depuis sa création, le comité a déjà réalisé plusieurs actions à l’image du lâché de banderole sur le pont de pierre, « Derrière les fronts : résistances et résiliences en Palestine », sur les conséquences psychologiques de l’apartheid israélien à l’université de Bordeaux, et ce lundi un ciné débat sur le film “Rond point Chatila” sur le camp palestinien de Chatila au Liban, suivi d’un échange avec le réalisateur Maher Abi Samra à distance.

Un comité et des discussions « importantes pour mieux comprendre ce qui se passe en Palestine face à toute la propagande médiatique en cours », selon un participant, qui a ainsi permis de décider des suites et de plusieurs actions, en premier lieu avec l’organisation d’un cortège à la manifestation de soutien à la Palestine qui s’est tenue ce samedi. Pour cela, un atelier banderole et pancarte a été organisé la veille sur le parvis de l’université.

Dans la manifestation, Nadine, étudiante d’origine libanaise, et dont la grand-mère habite dans un village au sud du Liban est en partie occupé et bombardé par Israël explique son engagement dans le comité de soutien : « On est là pour lutter contre ces crimes, c’est important surtout en France, un pays qui soutien activement Israël. On est là pour montrer qu’il y a des personnes qui se positionnent contre et c’est extrêmement important en tant qu’étudiants qui s’oppose au colonialisme et à l’impérialisme. »

Plusieurs actions sur le campus universitaire sont également en cours d’élaboration, notamment dans l’objectif d’humaniser et de sensibiliser sur le nettoyage ethnique en cours en Palestine. Dans ce sens, durant le comité, une étudiante affirme : « Il faut donner à voir et à entendre une autre vision du conflit et de ce qui est en train de se passer en Palestine. Le traitement médiatique déshumanise totalement le massacre des Palestiniens, il faut qu’on diffuse la campagne « say their names », qu’on mette des visages derrière les chiffres ».

Également, le comité a décidé de répondre à l’appel de l’AG pour la Palestine des étudiants de Paris qui ont appelé à faire de la journée du 29 novembre une journée d’action et d’initiative pour la Palestine sur les universités.

En France, malgré la répression du gouvernement et l’instrumentalisation de la lutte légitime contre l’antisémitisme qui cherche à unir les rangs autour d’un pôle réactionnaire pour réaffirmer la défense de l’État d’Israël, les mobilisations de solidarité avec la Palestine ont réuni des centaines de milliers de personnes dans toute la France ces dernières semaines.

Plus largement, et comme en témoigne ici à Bordeaux un étudiant palestinien après le comité, « la structuration de la mobilisation dans les facs avance, il faut continuer dans cette voie ». En effet, depuis plusieurs semaines, des dizaines de comités de soutien sont apparus en France et partout dans le monde, faisant rappeler ceux contre la guerre du Vietnam dans les années 60 qui ont fait des étudiants l’avant-garde des mouvements anti-guerre.

Comme nous le disions déjà : « Massifier et structurer la mobilisation par en bas, organiser des actions depuis les universités et les lieux de travail, est la condition sine qua none pour construire le rapport de force capable de porter un coup à l’impérialisme français complice des massacres en cours. Mais c’est aussi se donner les moyens d’un combat plus global contre l’apartheid et la colonisation, pour en finir avec la situation coloniale en Palestine qui permet à l’État d’Israël de tuer plus de dix milles Palestinien-nes ces vingt dernières années et de détenir des milliers de prisonniers politiques – dont des enfants. »


Facebook Twitter
Répression de l'activité politique étudiante à Nanterre : un front dénonce la politique de la Présidence

Répression de l’activité politique étudiante à Nanterre : un front dénonce la politique de la Présidence


Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants

Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants


L'Oréal, un soutien d'Israël et de la colonisation partenaire de l'Université Paris-Cité

L’Oréal, un soutien d’Israël et de la colonisation partenaire de l’Université Paris-Cité

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d'écologie

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d’écologie


« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants